top of page

Exposition Odorico au RU

Dernière mise à jour : 26 juil. 2023


Le 28 juin, Nicolas Dufetel, adjoint à la culture et au patrimoine de la municipalité d'Angers, Stéphanie Vitard, directrice du Repaire Urbain (RU) et Capucine Lemaître, historienne de l’art et commissaire de l’exposition « Odorico, mosaïstes à Angers », ont donné le coup d’envoi d’un évènement qui rend hommage, au RU*, à une dynastie d’artistes emblématiques de l’Art Déco.


Inauguration de l'exposition au Repaire Urbain


Bien que basés à Rennes, ces mosaïstes d’origine italienne parsemèrent notre ville d’œuvres singulières avec leur succursale angevine ouverte de 1932 jusqu’aux années 60 (confiée à Domenico Mander, puis à son fils Dominique), de la Maison bleue à l'hôtel d'Anjou, en passant par l'ancienne Compagnie Française d'Aviation, l’École des arts et métiers et de nombreux commerces angevins.

La Maison bleue à l'angle du boulevard Foch et de la rue d'Alsace à Angers


La salle du restaurant Odorico, au rez-de-chaussée de l'hôtel d'Anjou


Mosaïque d'Isidore Odorico, dans le hall de l'ancienne Compagnie Française d'Aviation,

avenue René Gasnier à Angers (photo Panoramio - CC BY-SA 3.0)


Isidore Odorico, sans conteste le plus connu et le plus marquant, nous a laissé un patrimoine bien reconnaissable et haut en couleurs.

Détails de la mosaïque d'Odorico dans la salle de bain située au premier étage du château de Pignerolle, vue lors d'une exposition organisée par le Musée de la Communication en août 2014


C’est peu connu, mais la salle de bain du château de Pignerolle conserve elle aussi le souvenir d’Odorico. Ce sont en effet ses ateliers qui ont conçu en 1939, pour Joseph de Saint-Chamant, maire de Saint-Barthélemy et propriétaire du domaine, son décor de mosaïques à dominante verte. Avec la réquisition du château par le gouvernement polonais, il ne pût guère en profiter. Les plans du projet demeurent même consultables au Musée de Bretagne à Rennes. Rien à voir donc avec une pseudo réalisation allemande pour le commandement de la Kriegsmarine, ainsi qu’une légende tenace et encore propagée de nos jours voudrait le laisser croire.

Projet de revêtement en faïence pour la salle de bain du comte de Saint-Chamand au château

de Pignerolle (document Musée de Bretagne - n° d'inventaire 979.0058.349)


* Exposition "Odorico, mosaïstes à Angers" : à voir jusqu'au 6 janvier 2024,

35 boulevard du Roi René à Angers.


110 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page